KWS
   
 

Oidium

L’oïdium de la betterave est causé par un champignon de la classe des Ascomycètes, Erysiphe betae. Le pathogène est un parasite strict.
La dissémination du parasite est assurée par les conidies qui se forment sur le mycélium. Leur dispersion est assurée par le vent. En fin de saison, les périthèces apparaissent et permettent la conservation du champignon en conditions défavorables.

 

 

Symptômes

  • L’oïdium de la betterave se caractérise tout d’abord par de petites taches discrètes de duvet blanchâtre (le mycélium) sur les plantes.
  • Au cours de la saison, ce feutrage se développe jusqu’à recouvrir entièrement les feuilles.
  • On peut alors observer de loin le duvet farineux qui recouvre la végétation.
  • En fin de saison, des petites granulations noires (les périthèces) sont visibles sur les taches.

 

Echter Mehltau (Erysiphe betae)

 

Dégâts et conséquences  

  • Les pertes de rendement provoquées par l’oïdium, dues à la diminution de la photosynthèse, peuvent aller jusqu’à 15 %.
  • La richesse en sucre est également affectée.
  • Sur les portes-graines, on observe une chute de rendement ainsi qu’une baisse de qualité.

 

Comment réagir ?

  • Conditions favorables :
    • Température : de 20°C à 30 °C, optimum à 20°C
    • Alternance de périodes humides et sèches pour la formation de conidies
  • Mesures agronomiques : éviter les fortes fumures azotées.
  • Variété : choisir des variétés peu sensibles.

 

Variétés conseillées :

L’ensemble des variétés KWS présentent une très bonne tolérance vis-à-vis de l’oïdium

 

 
KWS